Travaux de recherche et esprit d’entreprise récompensés

Mis en ligne le

L’ISAE-SUPAERO a organisé la cérémonie de remise des prix remis par la Fondation de l’ISAE-SUPAERO le 3 décembre dernier. 5 prix de thèse, 2 prix entrepreneuriat ont couronnés l’excellence des thèses et l’entrepreneuriat des lauréats.

Prix de thèse

Les prix de thèse ont été remis par Marc Pircher, trésorier de la Fondation ISAE-SUPAERO, à :

Audrey Bigand

pour sa thèse : évaluation de l’endommagement dans les structures composites en aéronautique généré par la contrainte foudre

Pourquoi une thèse ?

audreybigand2021

Audrey est salariée d’Airbus et s’intéresse à l’endommagement des structures composites. Elle étudie la résistance de ces matériaux à la foudre. Leur résistance étant assez faible, il est nécessaire de dimensionner des moyens de protection comme des grillages métalliques en surface pour assurer la bonne continuation du vol après un coup de foudre. Les industriels se basent sur des essais coûteux et longs à mettre en place afin de connaître ces endommagements. Il est donc important de développer une capacité de prédiction pour valider un design lors du cycle de développement d’un avion, et comprendre en amont ces mécanismes. Sa thèse sinscrit dans ce cadre et propose une nouvelle démarche pour faire de la foudre un problème mécanique en quantifiant ses contraintes sur le composite.

Vivre une thèse, témoignage

« J’ai vécu cette thèse avec un rythme soutenu car j’avais mon travail d’ingénieur Airbus à assurer en parallèle avec des journées à deux cent pourcents. J’y ai mené, des essais mécaniques, électriques, explosifs même ! j’ai aussi réalisé des modélisations numériques électrothermiques, mécaniques, des découpes, des analyses… Et tout cela a été possible uniquement grâce à toutes les personnes qui ont collaboré sur ce projet avec leurs expériences, leurs idées et tous les échanges que nous avons pu avoir. Une thèse, c’est bien plus qu’une recherche scientifique, c’est une grande aventure humaine. Et je suis très heureuse d’avoir pu la vivre.

Cette thèse avait plusieurs objectifs : Technique, en répondant aux questions que je me posais sur l’endommagement du composite à la foudre, mais aussi personnels, en développant une nouvelle capacité d’analyses, de nouvelles compétences. J’avais pour objectif de devenir experte foudre au sein d’Airbus et cette thèse me paraissait nécessaire pour être reconnue par mes pairs. C’est maintenant chose faite ! A la suite de ma soutenance, j’ai préparé l’examen pour passer experte et j’ai été reçue en mars dernier. Avec ce nouveau statut, je compte continuer à développer le sujet étudié lors de ma thèse. Mais je tiens aussi à aider autant que je le peux toute personne ayant le projet de tenter l’aventure de la thèse dans le cadre professionnel afin d’ouvrir leurs horizons. »

Thèse réalisée à l’Institut Clément Ader, ISAE-SUPAERO et le GREMI de l’Université d’Orléans.
Plus d’explications en vidéo en cliquant ici !

Marine Ruffenach

marineRuffenachprix2021

pour sa thèse : optimisation de têtes de détection pour mesurer les protons et électrons des ceintures de radiations terrestres dans une gamme en énergie étendue

Marine Ruffenach remercie l’ONERA et le CNES pour cette thèse, en particulier Sébastien BOURDARIE mon directeur de thèse et Julien MEKKI mon encadrant CNES, ainsi que Jean-Roch VAILLE mon co-directeur de thèse de l’IES de Montpellier. Merci aussi à l’IEAP de Prague, l’Ecole Doctorale SDU2E, et l’ISAE-SUPAERO. Sa thèse en vidéo ici !


Marine nous pitche sa thèse en 180 secondes ou plutôt en moins de 400 mots :

« Le Soleil envoie continuellement des particules, pour l’essentiel, des protons et des électrons, très rapides. La Terre possède un champ magnétique qui piège ces particules formant les ceintures de radiations. L’espace autour de la Terre n’est donc pas vide. Il est rempli de particules se déplaçant très vite, que les satellites en orbite traversent, pouvant entraîner la perte d’un instrument, ou du satellite complet. C’est pourquoi il est nécessaire de bien connaître ces protons et ces électrons piégés autour de la Terre. Pour cela il existe des modèles qui permettent d’estimer la quantité de particules rencontrées ainsi que leur énergie, pour une mission donnée. Ces modèles sont faits à l’aide de mesures réalisées par des moniteurs de radiations embarqués sur des satellites. Cependant, peu de moniteurs de radiations permettent la détection de protons de basses énergies de par la difficulté à les différencier des autres particules. Par ailleurs, plus un équipement est petit, plus il est facile de trouver des opportunités de vol. C’est pour cela qu’il y a un désir de miniaturisation des moniteurs de radiations. Il est alors nécessaire de trouver d’autres méthodes pour traiter les données, afin d’avoir des résultats de qualité équivalente à ceux obtenus avec des moniteurs plus volumineux.

Ma thèse a contribué à développer un détecteur de protons basses énergies pour mieux connaître cet environnement hostile aux satellites, et alimenter les modèles d’environnement radiatif. Il va être envoyé en 2 exemplaires durant le premier trimestre 2022 dans le cadre des missions CARMEN 5 et 6, à bord des satellites Hotbird-F1 et Hotbird-F2. Ensuite, une méthode basée sur les réseaux de neurones entraînés à l’aide de données simulées a été développée pour traiter les résultats des petits moniteurs de radiations comportant des détecteurs pixélisés du type Timepix, qui est un détecteur développé par le CERN. Cette méthode est maintenant employée par tous les grands acteurs du spatial utilisant ces détecteurs pixélisés.

Juste après la thèse j’ai commencé à travailler au CNES, au sein de l’équipe environnement et composants nouveaux, pour poursuivre mon travail dans le domaine des radiations spatiales. Mes principales missions sont le support qualité et le support technique pour les projets spatiaux, le suivi de contrats de recherche et de développement avec les laboratoires et les industriels, mais aussi la recherche d’opportunités pour l’embarquement de moniteurs de radiations. Ces différentes missions me permettent d’échanger avec tous les acteurs du spatial. »

Andrea Brugnoli

pour sa thèse : modélisation et discrétisation symplectique des structures flexibles port-Hamiltoniennes. Sa thèse en vidéo ici !

Leo Martire

pour sa thèse : caractérisation des Infrasons dans le Système Couplé Solide-Atmosphère : Modélisation Numérique, Applications Terrestres et Planétaires. Sa thèse en vidéo ici !

Pierre lavoie

pour sa thèse : méthode de frontières immergées pour la modélisation du givrage en vol des aéronefs. Sa thèse en vidéo ici !

***

Prix d’entrepreneuriat

Deux prix entrepreneuriat ont été remis par Jean-Louis Marcé, secrétaire de la Fondation ISAE-SUPAERO à Nicolas Heugas pour la start-up Bee Ready et à Benoit Floquet représentant l’association Tirelires d’Avenir.

Nicolas Heugas (I 2019)

pour Bee Ready

nicolasheugasprix2021

Il s’agit d’une plateforme d’entraînement aux entretiens vidéo différés qui est une nouvelle méthode de sélection de plus en plus utilisée par les entreprises. Face à l’augmentation des recrutements fait par ce moyen et aux candidats ayant des difficultés à s’y préparer, la start-up Bee Ready propose une solution. En s’adressant à tous les candidats aux entretiens vidéo différés et plus largement à tous les candidats aux entretiens d’embauche, la start-up met à disposition de manière gratuite des entretiens blancs en condition réelle.

Un espace dédié aux écoles permet aux professeurs ou membres de Career Center de créer des entretiens vidéo différés à destination de leurs élèves afin qu’ils puissent avoir un retour sur leur vidéo et s’assurer qu’ils sont prêts à passer leurs entretiens grâce aux recommandations qui leurs sont faites. Un nouveau produit est en train d’être rdéfini pour s’adresser aussi aux entreprises. Pour en savoir plus, cliquez ici : beeready.io

Benoit Floquet (I 2020)

pour Tirelires d’Avenir

benoitfloquetprix2021

Il s’agit d’une association créée en mars 2020, qui soutient des jeunes majeurs en situation de rupture familiale. La première forme que prend ce soutien est une aide financière que l’association verse à des jeunes qui ont entre 18 et 25 ans pour les aider à subvenir à leurs besoins quotidiens. En plus de cela, Tirelires d’Avenir a identifié un réel besoin de lien social pour que ces jeunes ne soient pas en situation d’exclusion. C’est à l’issue de ce constat qu’a été créé un programme de mentorat entre les jeunes soutenus et un jeune bénévole. Depuis ses débuts, Tirelires d’Avenir a soutenu plus d’une centaine de jeunes dans le besoin et continue aujourd’hui avec notamment son programme de mentorat sur Paris. Pour en savoir plus, cliquez ici : tireliresdavenir.com, ici : https://www.isae-supaero.fr/fr/formations/formation-ingenieur-isae-supaero/espace-admissibles-2021/engagement-un-engagement-citoyen-favorise-et-valorise/ et ici : https://www.isae-supaero.fr/fr/actualites/les-entretiens-de-l-excellence-a-l-isae-supaero-ouvrir-les-voies-de-la-reussite/

prixgroupe2021

***

Prix MAYOUX-DAURIAC

remis à Guillaume ONDONGH-ESSALT

guillaumeprix2021

Maurice MAYOUX-SUPAERO 1924 (ARTS & MÉTIERS Cluny 1920), décédé le 4 septembre 1997, a exprimé dans son testament sa volonté que soient créés, avec le produit de ses biens légués à la Société des Ingénieurs Arts et Métiers, des prix de français pour les élèves des Arts et Métiers et des prix de mécanique pour les élèves de SUPAERO, en y associant le nom de son épouse Jeanne Dauriac.

« Attribution annuelle d’un Prix réservé à l’élève de la dernière année d’étude, quelle que soit sa spécialité, mais choisi pour ses connaissances sur l’ensemble Mathématiques générales et leur application en constructions "pratiques", constructions à considérer sur l’ensemble de leurs qualités : principe, simplicité, efficacité, faisabilité probable, prix de revient aussi restreint que possible. »

L’Association SUPAERO, désormais ISAE SUPAERO ENSICA Alumni, a donc décidé la création du prix Mayoux-Dauriac Aéronautique destiné à récompenser l’utilisation des connaissances acquises à l’Ecole dans l’exercice d’une des différentes facettes du métier d’ingénieur, les réalisations (projets) étant jugées sur leur utilité pour l’industrie (ou les services) et devant présenter un bilan économique positif. Deux prix ont été attribués en 2020 !

Prix Lamy

remis à Gautier Champion

gautierprix2021

Gautier, élève ingénieur de troisième année diplômé en 2021, reçoit le prix Jean Lamy pour son implication, sa motivation et sa curiosité pour le monde de l’entreprise. Très impliqué tout au long de son cursus, Gautier a été un membre actif de la SUPAERO SPACE SECTION dans lequel il a été responsable du pôle mécanique puis chef de projet dans le cadre du projet GRIFFON de propulseur hybride et également un membre actif de SUPAERO Junior Conseil qui est la Junior Entreprise de l’ISAE-SUPAERO.

Après avoir effectué deux stages de césures, il obtient en 2021, en plus de son diplôme d’ingénieur, le DESIA, diplôme d’étude supérieure en ingénierie des affaires. Ce prix, créé en mémoire de Paul Alain Lamy (S 1995), prématurément décédé en 2002, est financé par son binôme et ami, Florent Moïse et son épouse Andréa.

Nos actualités Recherche

Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises Développement Durable Innovation DEOS Alumni Doctorat DCAS Ingénieur DMSM Mastère Spécialisé DISC LACS Apprentissage Evénement DAEP