facebook

Journée Mondiale de l’Ingénieur 2020 : Un jeune alumni met ses compétences d’ingénieur au service du climat

Mis en ligne le

A l’occasion de la "Journée Mondiale de l’Ingénieur 2020" orientée sur la thématique du développement durable, nous vous proposons le portrait de Maxime Efoui Hess.

Diplômé ISAE-SUPAERO 2017, il a fait de la défense du climat son leitmotiv personnel et professionnel. Convaincu que les ingénieurs ont un rôle majeur à jouer dans la protection de l’environnement, le jeune diplômé a pris les chemins de traverse en rejoignant The Shift Project, un lobby d’intérêt général qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Pour lui, l’ingénieur dispose des compétences techniques nécessaires et d’une vision scientifique capable de changer les modèles économiques et industriels actuels en prenant en compte les enjeux environnementaux et sociétaux.

De la conquête de l’Espace à la protection de l’environnement : un engagement en faveur du climat

maxime-journéenationalesingénieur
Maxime, diplômé ingénieur ISAE-SUPAERO 2017

Jeune bachelier, Maxime Efoui Hess rêvait de travailler dans le domaine de la recherche spatiale. Émerveillé par l’aventure humaine de la conquête spatiale, il intègre en 2013 l’ISAE-SUPAERO. Lors de son année de césure, il commence à s’interroger sur la manière d’inclure les problématiques environnementales dans sa vie professionnelle et met en parallèle les similitudes existantes entre le climat et l’Espace. Dans ces deux domaines, qui semblent pourtant aux antipodes, un écosystème fermé auquel on ne peut apporter de nouvelles ressources est étudié. Et surtout, on prend conscience de la planète qui vit et des méfaits du réchauffement climatique sur cette dernière. En effet, qui mieux qu’un astronaute pour visualiser la Terre dans son ensemble et mesurer, à distance, l’impact des contraintes carbones sur sa santé ?

En 3ème année à l’ISAE-SUPAERO, l’étudiant fait donc le choix de suivre le parcours «  Énergie, Transport, Environnement  » proposé par l’Institut. C’est dans le cadre de ce cursus que Maxime découvre The Shift Project, un lobby d’intérêt général qui prône une vision scientifique capable d’apporter des solutions à l’ingénierie pour la libérer de la contrainte carbone. The Shift Project traite de problématiques concrètes et physiques, en incluant des compétences techniques et des analyses scientifiques. L’étudiant est séduit et voit alors se dessiner un parcours professionnel en phase avec ses engagements.

Ainsi, à la fin de ses études, Maxime rejoint ce lobby pour mettre ses compétences d’ingénieurs au service du climat. Car le jeune diplômé en est certain : l’ingénieur a un rôle à jouer dans chaque projet industriel pour intégrer, dès les prémices, des notions environnementales et réduire au maximum l’impact écologique de la société.

L’ingénieur doit utiliser ses compétences et sa vision globale pour modifier le modèle actuel

En intégrant The Shift Project, Maxime n’a pas suivi les voies traditionnelles d’un diplômé issu d’une grande école supérieure. Et pour cause, il en est persuadé : l’ingénieur a un rôle à jouer dans la transition écologique. En effet, l’ingénieur a appris à avoir une vision d’ensemble sur les différentes étapes d’un projet : de la genèse à l’utilisation finale, du choix des composants à leur recyclage. Son rôle ? Prendre la bonne décision en englobant toutes les composantes, tous les aspects, toutes les finalités. Ainsi, même si une décision n’a pas de rapport direct avec le climat à l’instant T, celle-ci peut pourtant tout changer. En apportant ses compétences techniques et intellectuelles, l’ingénieur contribue au changement d’un modèle. Pour changer le modèle de la société en utilisant la « vision ingénieur », les grandes écoles ont un rôle à jouer. Fin 2019, The Shift Project a réalisé un rapport sur la place de l’environnement et du climat dans les programmes d’enseignement supérieur. On observe une forte demande de la part des étudiants et des enseignants-chercheurs de prendre en compte les contraintes environnementales dans la mise en place de projets de recherche et dans les programmes de formation. Les établissements supérieurs développent des cursus où l’environnement est au cœur des priorités en mettant en place de nombreuses actions pour sensibiliser et former les étudiants à leur rôle dans la défense du climat. Reste alors à additionner ces initiatives à une vision systémique et à prouver aux étudiants que leurs compétences sont utiles et même essentielles pour modifier le modèle actuel et l’adapter aux enjeux climatiques.

ingenieur-developpement-durable

Des étudiants sensibilisés aux enjeux écologiques

Dès leur rentrée, les élèves ingénieurs de 1ere année ont participé début septembre à une journée de sensibilisation au climat.
Caroline BERARD, directrice de la formation ingénieur a rappelé aux 220 nouveaux étudiants : « l’aéronautique a relevé trois défis : faire voler des avions, les rendre sûrs, et démocratiser leur accès en abaissant les coûts de production. Il y en a désormais un quatrième et ce sera à vous de le relever, concevoir des avions décarbonés. Le ton est donné !

En effet, plus de 80% des étudiants de première année à l’ISAE-SUPAERO souhaitent être formés au développement durable.
Pour répondre à cette demande, l’ISAE-SUPAERO propose dans le cadre du cursus ingénieur un module « Transition énergétique ». En 3e année, les étudiants peuvent choisir « Energie, transport et environnement » comme domaine d’application. Un certificat « ingénierie environnementale » est également proposé à tous les élèves du Groupe ISAE.

Le climat une priorité dans l’enseignement supérieur

Olivier Lesbre, Directeur Général a signé en 2019 le manifeste émis par The Shift Project, think tank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Les récents travaux sur l’enseignement des enjeux climatiques et énergétiques dans l’enseignement supérieur ont fait émerger une volonté forte de la communauté pédagogique du supérieur ainsi que des étudiants pour une réponse organisée de formation aux enjeux climatiques. Plus de 80 dirigeants d’établissements et 1000 enseignants et chercheurs, en tête d’une liste de quelque 7.500 signataires, lancent un appel à l’Etat pour qu’il "initie une stratégie de transition de l’enseignement supérieur positionnant le climat comme l’urgence première".

RECHERCHE ISAE-SUPAERO : des initiatives fortes pour inventer le transport aérien durable de demain

A travers plusieurs chaires de recherche, nous travaillons à de nouveaux concepts de transport aérien dans le cadre de chaires de recherche

  • La Chaire Cedar « Chaire for Eco-Design of AiRcraft » créée par Airbus il y a 6 ans soutient des recherches sur des concepts innovants pour préparer les prochaines générations d’avions de transport.
  • La chaire Safran-AEGIS lancée en 2016, destinée à réduire l’empreinte sur l’environnement (rejets polluants et émissions sonores) de la propulsion aéronautique en travaillant sur de nouvelles formules d’intégration des moteurs et de la cellule
  • La chaire Daher lancée en 2019 pour mener des recherches sur la conception et la certification d’avions légers à propulsion hybride-électrique.

Nos actualités Formations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés OK
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises
# Linkedin Ads