No javascript!

MOSIM 2018 - Interview de PROF. FREDERICK BENAMEN

Mis en ligne le

FREDERICK BENAMEN est Professeur à l’École des Mines d’Albi. Il dirige l’équipe de recherche en interopérabilité des organisations. Ses travaux de recherche portent sur les réseaux collaboratifs et l’interopérabilité des systèmes d’information, avec notamment des applications à la gestion des situations de crise.

La conférence de FREDERICK BENAMEN du 27 juin 2018 s’inscrivait dans le cadre de MOSIM et portait sur le thème « Un cadre Big Data pour la gestion de la connaissance : illustration dans le domaine de gestion de crise”.

En savoir plus sur MOSIM : http://www.mosim2018.org/

MOSIM 2018 - Interview de PROF. FREDERICK BENAMEN
Recherche

3 juillet 2018

MOSIM 2018 - Interview de PROF. FREDERICK BENAMEN

Résumé de la conférence :
Les approches de gestion de données massives destinées à l’identification et à la détection de motifs (patterns) significatifs sont parfaitement adaptées dans des contextes où l’espace des (sources de) données et celui des décisions et des actions sont des espaces fermés et connus : Les capteurs qu’on a placé sur une chaine de production délivrent des données qui peuvent être utilisées pour tendre vers des objectifs identifiés tels que la réduction de temps de production ou l’augmentation des taux d’occupation des machines.
En revanche, dans un contexte de gestion de crise, de chaîne logistique ou d’entreprise étendue, le périmètre du système considéré et des interventions sur ce système est beaucoup plus flou, voire dynamiquement changeant. Par conséquent, l’utilisation des données dans ce type de contexte nécessite des approches différentes. Le couplage de mécanismes d’interprétation de données par règles formelles ou par apprentissage avec une démarche d’ingénierie dirigée par les modèles peut permettre de proposer une telle approche adaptée aux systèmes plus ouverts. C’est cette approche qui sera présentée et discutée lors de cette conférence.
Frédérick Benaben :
Frédérick Benaben est professeur à l’IMT Mines Albi Carmaux (Université de Toulouse – Institut Mines Télécom). Il dirige l’équipe de recherche en interopérabilité des organisations (IO, 20 personnes).
Ses travaux de recherche portent sur les réseaux collaboratifs et l’interopérabilité des systèmes d’information, avec notamment des applications à la gestion des situations de crise. Ces dernières années, il est l’auteur de 12 articles dans des revues et plus de 100 communications. Il a dirigé 17 thèses de doctorat, 10 masters et 9 post-doctorats.

Résumé de la conférence :

Les approches de gestion de données massives destinées à l’identification et à la détection de motifs (patterns) significatifs sont parfaitement adaptées dans des contextes où l’espace des (sources de) données et celui des décisions et des actions sont des espaces fermés et connus : Les capteurs qu’on a placé sur une chaine de production délivrent des données qui peuvent être utilisées pour tendre vers des objectifs identifiés tels que la réduction de temps de production ou l’augmentation des taux d’occupation des machines.

En revanche, dans un contexte de gestion de crise, de chaîne logistique ou d’entreprise étendue, le périmètre du système considéré et des interventions sur ce système est beaucoup plus flou, voire dynamiquement changeant. Par conséquent, l’utilisation des données dans ce type de contexte nécessite des approches différentes. Le couplage de mécanismes d’interprétation de données par règles formelles ou par apprentissage avec une démarche d’ingénierie dirigée par les modèles peut permettre de proposer une telle approche adaptée aux systèmes plus ouverts. C’est cette approche qui sera présentée et discutée lors de cette conférence.

Frédérick Benaben :

Frédérick Benaben est professeur à l’IMT Mines Albi Carmaux (Université de Toulouse – Institut Mines Télécom). Il dirige l’équipe de recherche en interopérabilité des organisations (IO, 20 personnes).

Ses travaux de recherche portent sur les réseaux collaboratifs et l’interopérabilité des systèmes d’information, avec notamment des applications à la gestion des situations de crise. Ces dernières années, il est l’auteur de 12 articles dans des revues et plus de 100 communications. Il a dirigé 17 thèses de doctorat, 10 masters et 9 post-doctorats.

Dernières vidéos
Découvrez le portrait d'Anthéa COMELLINI doctorante à l'ISAE-SUPAERO
Recherche 3:47 min

Découvrez le portrait d’Anthéa COMELLINI doctorante à l’ISAE-SUPAERO

3:47 min
Recherche

17 avril 2021

Découvrez le portrait d’Anthéa COMELLINI doctorante à l’ISAE-SUPAERO

Anthéa a mené sa thèse au sein du Département Ingénierie des Systèmes Complexes (DISC). Son intitulé est : « Rendez-vous autonomes basés vision avec cibles non coopératives ». Anthéa est rattachée à l’école doctorale AA - Aéronautique Astronautique.
Sa thèse réalisée en collaboration avec Thales Alenia Space fait partie du dispositif CIFRE*
L’ISAE-SUPAERO accueille ses doctorants au sein de six équipes à l’ISAE-SUPAERO, ONERA et à l’institut Clément Ader, couvrant un large spectre de disciplines scientifiques liées au domaine aéronautique et espace : aérodynamique et propulsion, structures et matériaux, systèmes embarqués, réseaux et télécommunications, contrôle et conduite des systèmes, facteurs humains, électronique, signal.
L’ISAE-SUPAERO offre un programme riche et diversifié de formation doctorale, conduisant au doctorat, diplôme de plus haut niveau délivré par l’institut, et reconnu au niveau international.
*Depuis 1981, le dispositif CIFRE - Conventions Industrielles de Formation par la REcherche - permet à l’entreprise de bénéficier d’une aide financière pour recruter un jeune doctorant dont les travaux de recherche, encadrés par un laboratoire public de recherche, conduiront à la soutenance d’une thèse en trois ans. Les CIFRE sont intégralement financées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui en a confié la mise en œuvre à l’ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie).
Paul Planeix reçoit le prix Mayoux-Dauriac de l'ISAE-SUPAER ENSICA ALUMNI !
Recherche 3:50 min

Paul Planeix reçoit le prix Mayoux-Dauriac de l’ISAE-SUPAER ENSICA ALUMNI !

3:50 min
Recherche

18 février 2021

Paul Planeix reçoit le prix Mayoux-Dauriac de l’ISAE-SUPAER ENSICA ALUMNI ! SapienSapienS

Paul Planeix (S2020) a reçu le prix Mayoux-Dauriac de l’Association des Alumni ISAE-SUPAERO ENSICA. Ce prix récompense un élève ingénieur en dernière année du cursus ingénieur de l’ISAE-SUPAERO pour ses réalisations pratiques pendant sa scolarité et les divers stages effectués, suivant les volontés de Maurice MAYOUX (S 1924).
Maurice MAYOUX - SUPAERO 1924 (ARTS & MÉTIERS Cluny 1920 ), décédé le 4 septembre 1997, a exprimé dans son testament sa volonté que soient créés, avec le produit de ses biens légués à la Société des Ingénieurs Arts et Métiers, des prix de français pour les élèves des Arts et Métiers et des prix de mécanique pour les élèves de SUPAERO, en y associant le nom de son épouse Jeanne Dauriac.
« Attribution annuelle d’un Prix réservé à l’élève de la dernière année d’étude, quelle que soit sa spécialité, mais choisi pour ses connaissances sur l’ensemble Mathématiques générales et leur application en constructions "pratiques", constructions à considérer sur l’ensemble de leurs qualités : principe, simplicité, efficacité, faisabilité probable, prix de revient aussi restreint que possible. »
L’Association SUPAERO, désormais ISAE SUPAERO ENSICA Alumni, a donc décidé la création du prix Mayoux-Dauriac Aéronautique destiné à récompenser l’utilisation des connaissances acquises à l’Ecole dans l’exercice d’une des différentes facettes du métier d’ingénieur, les réalisations (projets) étant jugées sur leur utilité pour l’industrie (ou les services) et devant présenter un bilan économique positif. Deux prix ont été attribués en 2020 !
Deuxième Prix 2020 pour un montant de 3000 € remis à Paul Planeix pour le projet de drone « Recherche & Sauvetage » Développement d’un environnement de simulation de vol / contributions aux systèmes de Guidage, Navigation et Contrôle chez Zipline International
Paul a réalisé de nombreux projets scientifiques et ceci dans de nombreux domaines au cours de son cursus ingénieur. En effet, membre de l’association CubeSat, il a contribué à la construction d’une maquette à échelle 1 :1 du nanosatellite MONA. Sa scolarité au sein de l’ISAE-SUPAERO lui a aussi permis de qualifier un système de navigation de drone et de s’initier à la recherche via un projet de contrôle d’exosquelette. Ce projet de recherche, basé sur des méthodes de Machine Learning, a été effectué dans le cadre de l’association Enorev’ visant à aider les enfants atteints de paralysie cérébrale. Au cours de son double-diplôme au sein de l’université de Stanford, Paul construit un aéronef réalisant un scénario de recherche et sauvetage totalement autonome du décollage à l’atterrissage.
Par la suite, Paul réussit à intégrer Zipline, encore jeune startup en robotique de la Silicon Valley. Il y effectue un stage au sein de l’équipe de Guidage, Navigation et Contrôle (GN&C) qui ne comptait alors que deux personnes. Il contribue au développement d’un environnement de simulation du drone et aux systèmes GN&C. Aujourd’hui, Zipline opère le plus grand et premier système de livraison de drones au monde au Rwanda, Ghana et Etats-Unis pour apporter une solution au problème du dernier kilomètre dans le domaine de la santé. Cette solution sauve des vies en maximisant la disponibilité des produits médicaux essentiels tout en minimisant le gaspillage et en garantissant la chaîne du froid.
Paul continue de contribuer à la mission de Zipline depuis 2020 via les compétences acquises au sein de l’ISAE-SUPAERO et Stanford en tant qu’ingénieur. Il a reçu ce prix pour la variété, l’excellence de son parcours et ses réalisations pratiques qui l’ont amené à évoluer dans l’écosystème des startups.
Le prix Mayoux-Dauriac est attribué pour l’utilisation des connaissances acquises à l’Ecole dans l’exercice d’une des différentes facettes du métier d’ingénieur, et pour l’utilité des projets réalisés pour l’industrie et les services présentant un bilan économique positif.
Eloa Guillotin et Hugo Tarlé reçoivent le prix Mayoux Dauriac 2020 par l'ISAE-SUPAERO ENSICA ALUMNI
Recherche 4:31 min

Eloa Guillotin et Hugo Tarlé reçoivent le prix Mayoux Dauriac 2020 par l’ISAE-SUPAERO ENSICA ALUMNI

4:31 min
Recherche

27 janvier 2021

Eloa Guillotin et Hugo Tarlé reçoivent le prix Mayoux Dauriac 2020 par l’ISAE-SUPAERO ENSICA ALUMNI SapienSapienS

Eloa Guillotin et Hugo Tarlé (S2020) ont reçu le prix Mayoux-Dauriac de l’Association des Alumni ISAE-SUPAERO ENSICA. Ce prix récompense un élève ingénieur en dernière année du cursus ingénieur de l’ISAE-SUPAERO pour ses réalisations pratiques pendant sa scolarité et les divers stages effectués, suivant les volontés de Maurice MAYOUX (S 1924).
Eloa et Hugo forment un véritable binôme. Ils sont tous deux Ingénieurs de l’ISAE-SUPAERO (S2020), et ont suivi le même parcours de formation, à l’École Polytechnique, HEC Paris et à l’University of California à Berkeley (USA).
Ils sont passionnés de spatial et plus particulièrement de lanceurs. L’entrepreneuriat les anime aussi, depuis leur rencontre en première année, à la tête de l’association d’entrepreneuriat de l’école, ils organisent le premier startup week-end européen sur le spatial en partenariat avec Airbus Defence and Space, le CNES et l’ESA. Durant leur cursus ingénieur ils créent ensemble Attom, une entreprise qui développe des produits de rechargement instantané pour Smartphone. Leur projet reçoit deux distinctions entrepreneuriales notables à Toulouse.
La suite de leur parcours leur a permis d’apprendre aussi les bases de la création d’entreprise technologique. A la suite de leur Master X-HEC Entrepreneurs d’HEC Paris, et après avoir effectué un semestre à l’University of California à Berkeley, ils créent Beyond Aerospace. Eloa porte une vision long terme sur les objectifs à atteindre et son organisation naturelle permet de mettre en place les jalons précis et réalistes sur les étapes à effectuer. Son ambition et sa bonne humeur managériale font d’elle la CEO de Beyond Aerospace. Hugo possède de fortes compétences techniques notamment en mécanique des fluides et en data science. Vrai bricoleur, il a construit un moteur bi-liquide H2O2/Éthanol, des boosters à propulsion solide et des fusées expérimentales dans son jardin. Sa rigueur et son exigence font de lui le CTO de Beyond Aerospace.
Leur entreprise s’inscrit dans un système économique qu’ils ont appris à connaître à travers leur thèse de Master encadré par Sandy Tirtey, Directeur des lancements de Rocket Lab - premier et seul micro-lanceur commercial et opérationnel au monde à ce jour.
Leur curiosité et leur passion pour le spatial et l’entrepreneuriat technologique à travers leurs expérimentations techniques mises en application aujourd’hui avec Beyond Aerospace et l’ensemble de leur réalisation, démontrent un réel intérêt industriel et économique pour le marché des micro-lanceurs qui leur a permis de décrocher ce prix, résultat de leur excellence.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés OK
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises Développement Durable Innovation DEOS Alumni Doctorat DCAS Ingénieur DMSM Mastère Spécialisé DISC LACS Apprentissage Evénement