Découvrez... l’irradiateur de l’ISAE-SUPAERO !

Mis en ligne le

Découvrez... l'irradiateur de l'ISAE-SUPAERO !
1:36 min
Recherche

13 décembre 2022

Découvrez... l’irradiateur de l’ISAE-SUPAERO !

Dans le cadre de ses activités de recherche, l’ISAE-SUPAERO développe des composants et des systèmes électroniques pour applications scientifiques et spatiales. L’Espace est un milieu très agressif, notamment, car les particules de haute énergie émises par le soleil ou piégées dans les ceintures de radiation menacent la santé des astronautes, les propriétés des matériaux et le bon fonctionnement des puces électroniques.
Afin de reproduire en laboratoire les effets de ces rayonnements ionisants sur les technologies électroniques, l’ISAE-SUPAERO s’est doté d’une cabine d’irradiation aux rayons X dont l’énergie peut aller jusqu’à 320 keV. Cette vidéo présente une utilisation classique de cet équipement : un composant électronique à tester est placé dans la chambre d’irradiation, le tube à rayons X est mis sous tension, et les effets sur le fonctionnement du composant (ici un capteur d’image) sont observés et mesurés en temps réel.

ISAE-SUPAERO / SapienSapienS 1:36 min

Dans le cadre de ses activités de recherche, l’ISAE-SUPAERO développe des composants et des systèmes électroniques pour applications scientifiques et spatiales. L’Espace est un milieu très agressif, notamment, car les particules de haute énergie émises par le soleil ou piégées dans les ceintures de radiation menacent la santé des astronautes, les propriétés des matériaux et le bon fonctionnement des puces électroniques.

Afin de reproduire en laboratoire les effets de ces rayonnements ionisants sur les technologies électroniques, l’ISAE-SUPAERO s’est doté d’une cabine d’irradiation aux rayons X dont l’énergie peut aller jusqu’à 320 keV. Cette vidéo présente une utilisation classique de cet équipement : un composant électronique à tester est placé dans la chambre d’irradiation, le tube à rayons X est mis sous tension, et les effets sur le fonctionnement du composant (ici un capteur d’image) sont observés et mesurés en temps réel.

Dernières vidéos
Le son d'un tourbillon de poussière martien capturé par le microphone de SuperCam sur Persévérance !
Recherche 00:28 min

Le son d’un tourbillon de poussière martien capturé par le microphone de SuperCam sur Persévérance !

00:28 min
Recherche

13 décembre 2022

Le son d’un tourbillon de poussière martien capturé par le microphone de SuperCam sur Persévérance ! NASA

Cette vidéo et cet audio montrent les résultats obtenus par le rover martien Persévérance de la NASA et son microphone SuperCam lors de l’enregistrement des sons d’un tourbillon de poussière martien passé à sa verticale le 27 septembre 2021, le 215e jour martien ou sol, de la mission. Le tourbillon de poussière mesurait 25 mètres de large pour au moins 118 mètres de haut, et se déplaçait à 19 km/h environ.
C’est la première fois qu’un tel enregistrement est réalisé, car capturer un tourbillon de poussière demande un peu de chance. En effet, il a survolé le rover au moment où tous les capteurs de Persévérance mesurant le vent, la pression, la température et la poussière plus la caméra NavigationXXX (Navcam) étaient en marche.
Cela a permis aux scientifiques de combiner les sons, les images et les données atmosphériques. La combinaison unique de ces données, ainsi que la modélisation atmosphérique, ont permis aux chercheurs d’estimer les dimensions du tourbillon de poussière.
Les scientifiques ne peuvent pas prédire précisément le passage de ces vortex. Les rovers comme Persévérance et Curiosity les surveillent régulièrement. Lorsque les scientifiques constatent qu’ils sont plus fréquents à un certain moment de la journée ou qu’ils s’approchent d’une certaine direction, ils concentrent leur surveillance pour tenter d’attraper un tourbillon de poussière avec tous les capteurs à leur disposition.
> Pour mieux comprendre la vidéo, elle montre trois rangées d’images :
- la rangée du haut est une image brute de la surface martienne prise par la NavcamSuperCam ; bien que la caméra soit capable de prendre des couleurs, elle prend des images en noir et blanc lorsqu’elle recherche des tourbillons de poussière afin de réduire la quantité de données renvoyées vers la Terre (la plupart des images reviennent sans tourbillon de poussière détecté).
- la rangée du milieu montre la même image traitée avec un logiciel de détection des changements pour indiquer où le mouvement s’est produit au fil du temps ; la couleur est utilisée pour montrer la densité de la poussière, allant du bleu (bruit à la poussière de faible densité) au jaune en passant par le violet. Les zones où le mouvement est détecté sont indiquées par la couleur, le violet correspondant à un mouvement léger et le blanc à un mouvement plus rapide.
- la dernière ligne est un graphique montrant l’amplitude du son provenant du microphone de SuperCam et une chute soudaine de la pression atmosphérique enregistrée par la suite de capteurs de Perseverance, appelée Mars Environmental Dynamics Analyzer, fournie par le Centro de Astrobiología (CAB) à l’Instituto Nacional de Tecnica Aeroespacial à Madrid et l’amplitude du son provenant du microphone de SuperCam .
Un objectif clé de la mission de Persévérance sur Mars est l’astrobiologie, notamment la recherche de signes de vie microbienne ancienne. Le rover caractérisera la géologie et le climat passé de la planète, ouvrira la voie à l’exploration humaine de la planète rouge et sera la première mission à collecter et à mettre en cache de la roche et du régolithe martiens (roche brisée et poussière).
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises Développement Durable Innovation DEOS Alumni Doctorat DCAS Ingénieur DMSM Mastère Spécialisé DISC LACS Apprentissage Evénement DAEP