Alexandre LeRoch reçoit le prix de thèse de la Fondation ISAE-SUPAERO pour sa thèse menée à l’ISAE-SUPAERO !

Mis en ligne le

Alexandre LeRoch reçoit le prix de thèse de la Fondation ISAE-SUPAERO pour sa thèse menée à l'ISAE-SUPAERO !
2:53 min
Recherche

18 janvier 2021

Alexandre LeRoch reçoit le prix de thèse de la Fondation ISAE-SUPAERO pour sa thèse menée à l’ISAE-SUPAERO !

Alexandre Le Roch, doctorant au Département Electronique, Optronique et Signal (DEOS) reçoit le prix de thèse de la Fondation ISAE-SUPAERO pour ses travaux sur l’Analyse de l’augmentation et de la fluctuation discrète du courant d’obscurité des imageurs CMOS dans les environnements radiatifs spatiaux et nucléaires.
Diplômé de l’Institut National des Sciences Appliquées de Rennes (INSA Rennes) en 2015, Alexandre débute sa thèse à l’ISAE-SUPAERO en 2017 après une période passée chez STMicroelectronics à Singapour. Vincent Goiffon, professeur à l’ISAE-SUPAERO et Cédric Virmontois du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) ont assuré la direction de cette thèse réalisée avec le soutien du CNES et le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA).
Ses travaux de thèse portent sur l’étude des effets des radiations spatiales et nucléaires sur les capteurs d’images CMOS dans le but d’améliorer les instruments spatiaux et le diagnostic des plasmas pour la fusion nucléaire. Plus spécifiquement, l’étude se concentre sur les défauts cristallins induits par les radiations et responsables de l’augmentation du courant d’obscurité. Ces travaux contribuent à l’amélioration des connaissances des principes physiques mis en jeu dans le silicium face aux radiations.
Alexandre est auteur ou co-auteur de 11 publications. Il a présenté ses travaux lors des conférences internationales RADECS 2017, NSREC 2018, IISW 2019 et NSREC 2019. Au cours de sa thèse, il fut le lauréat de différentes distinctions. Parmi elles, lui sont décernés, la bourse internationale « Paul Phelps Award » par le chapitre NPSS d’IEEE (Institut des Ingénieurs Electriciens et Electroniciens) ainsi que le prix du meilleur article étudiant et meilleur article de la conférence RADECS 2019. Alexandre a également participé à l’ouverture de la branche étudiante IEEE à l’ISAE-SUPAERO en 2017 et l’a présidée jusqu’en 2020.
Alexandre Le Roch a soutenu sa thèse en juillet 2020, et travaille actuellement comme ingénieur de recherche à l’ISAE-SUPAERO en collaboration avec le CNES. Ses activités de recherche se concentrent sur la tenue des capteurs d’images CMOS face aux radiations pour de futures missions d’exploration du système Jovien (Jupiter), un environnement radiatif très sévère. Il intègrera bientôt le Goddard Space Flight Center (GSFC) de la NASA pour poursuivre ces travaux sur la tenue aux radiations des systèmes d’imagerie.
𝗜𝗹 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲 𝘀𝗮 𝘁𝗵𝗲̀𝘀𝗲 𝗲𝗻 𝟯 𝗺𝗶𝗻𝘂𝘁𝗲𝘀 𝘁𝗼𝗽 𝗰𝗵𝗿𝗼𝗻𝗼
Un prix de thèse remis par la Fondation ISAE-SUPAERO pour l’excellence des recherches menées et les perspectives d’application de la thèse.

SapienSapienS 2:53 min

Alexandre Le Roch, doctorant au Département Electronique, Optronique et Signal (DEOS) reçoit le prix de thèse de la Fondation ISAE-SUPAERO pour ses travaux sur l’Analyse de l’augmentation et de la fluctuation discrète du courant d’obscurité des imageurs CMOS dans les environnements radiatifs spatiaux et nucléaires.

Diplômé de l’Institut National des Sciences Appliquées de Rennes (INSA Rennes) en 2015, Alexandre débute sa thèse à l’ISAE-SUPAERO en 2017 après une période passée chez STMicroelectronics à Singapour. Vincent Goiffon, professeur à l’ISAE-SUPAERO et Cédric Virmontois du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) ont assuré la direction de cette thèse réalisée avec le soutien du CNES et le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA).

Ses travaux de thèse portent sur l’étude des effets des radiations spatiales et nucléaires sur les capteurs d’images CMOS dans le but d’améliorer les instruments spatiaux et le diagnostic des plasmas pour la fusion nucléaire. Plus spécifiquement, l’étude se concentre sur les défauts cristallins induits par les radiations et responsables de l’augmentation du courant d’obscurité. Ces travaux contribuent à l’amélioration des connaissances des principes physiques mis en jeu dans le silicium face aux radiations.

Alexandre est auteur ou co-auteur de 11 publications. Il a présenté ses travaux lors des conférences internationales RADECS 2017, NSREC 2018, IISW 2019 et NSREC 2019. Au cours de sa thèse, il fut le lauréat de différentes distinctions. Parmi elles, lui sont décernés, la bourse internationale « Paul Phelps Award » par le chapitre NPSS d’IEEE (Institut des Ingénieurs Electriciens et Electroniciens) ainsi que le prix du meilleur article étudiant et meilleur article de la conférence RADECS 2019. Alexandre a également participé à l’ouverture de la branche étudiante IEEE à l’ISAE-SUPAERO en 2017 et l’a présidée jusqu’en 2020.

Alexandre Le Roch a soutenu sa thèse en juillet 2020, et travaille actuellement comme ingénieur de recherche à l’ISAE-SUPAERO en collaboration avec le CNES. Ses activités de recherche se concentrent sur la tenue des capteurs d’images CMOS face aux radiations pour de futures missions d’exploration du système Jovien (Jupiter), un environnement radiatif très sévère. Il intègrera bientôt le Goddard Space Flight Center (GSFC) de la NASA pour poursuivre ces travaux sur la tenue aux radiations des systèmes d’imagerie.

𝗜𝗹 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲 𝘀𝗮 𝘁𝗵𝗲̀𝘀𝗲 𝗲𝗻 𝟯 𝗺𝗶𝗻𝘂𝘁𝗲𝘀 𝘁𝗼𝗽 𝗰𝗵𝗿𝗼𝗻𝗼

Un prix de thèse remis par la Fondation ISAE-SUPAERO pour l’excellence des recherches menées et les perspectives d’application de la thèse.

Dernières vidéos
L'INSTRUMENT FRANÇAIS SUPERCAM ENREGISTRE LE SON DU 4èME VOL D'INGENUITY !
Recherche 2:45 min

L’INSTRUMENT FRANÇAIS SUPERCAM ENREGISTRE LE SON DU 4èME VOL D’INGENUITY !

2:45 min
Recherche

7 mai 2021

L’INSTRUMENT FRANÇAIS SUPERCAM ENREGISTRE LE SON DU 4èME VOL D’INGENUITY ! NASA/JPL-Caltech/LANL/CNES/CNRS/ISAE-SUPAERO

Situé à 80 mètres du rover au moment de son décollage, le petit hélicoptère s’est élevé à 5 mètres au-dessus du sol avant de parcourir une distance de 133 mètres pour ensuite revenir atterrir à l’endroit d’où il avait décollé. Le microphone scientifique de SuperCam, développé par l’ISAE-SUPAERO, a enregistré le son émis par la rotation des pales du drone martien au cours de son vol. Ce son possède une fréquence caractéristique de 84 Hz ; elle équivaut au « mi » grave d’un piano ou à la voix de basse d’un être humain.
« C’est une grande surprise pour toute l’équipe scientifique ! » affirme Naomi Murdoch, chercheuse à l’ISAE-SUPAERO qui étudie les données du micro. « Les tests effectués dans un simulateur d’atmosphère martienne pour concevoir cet instrument et nos théories de la propagation du son nous indiquaient que le micro capterait très difficilement les sons de l’hélicoptère. En effet, l’atmosphère de Mars, très peu dense, atténue fortement la transmission des sons. Nous devions avoir un peu de chance pour enregistrer l’hélicoptère à une telle distance. Nous sommes très satisfaits d’avoir réussi à obtenir cet enregistrement qui se révèle une mine d’or pour notre compréhension de l’atmosphère martienne ».
Développé conjointement par l’ISAE-SUPAERO et un consortium de laboratoires du CNRS et de ses partenaires, coordonnés par le CNES, le microphone de SuperCam est dérivé d’un modèle grand public adapté pour résister à l’environnement martien. Il poursuit 3 objectifs scientifiques et techniques substantiels de la mission Mars 2020 :
L’étude du son associé aux impacts laser sur les roches martiennes pour mieux connaître leurs propriétés mécaniques. L’amélioration de la connaissance des phénomènes atmosphériques (turbulence du vent, tourbillons de poussière, interactions du vent avec le rover, et désormais, avec l’hélicoptère).
La compréhension de la signature sonore des différents mouvements du rover (opérations du bras robotique et du mât, roulage sur sol normal ou accidenté, surveillance des pompes, …).
Le microphone avait été mis en route pour la première fois quelques heures après l’atterrissage de Perseverance. Il avait alors enregistré les premiers sons martiens provenant de turbulences dans l’atmosphère. Il est utilisé quotidiennement en conjonction avec l’ablation laser des roches pour l’analyse chimique de Mars.
À PROPOS DE LA MISSION MARS 2020 :
La NASA s’appuie sur le Jet Propulsion Laboratory du Caltech pour le développement de la mission Mars 2020. SuperCam a été développé conjointement par le LANL (Los Alamos National Laboratory, États-Unis) et un consortium de laboratoires rattachés au CNRS, à des universités et établissements de recherche français. Plusieurs universités espagnoles, emmenées par l’université de Valladolid, contribuent aussi à cet instrument. Le CNES est responsable, vis-à-vis de la NASA, de la contribution française à SuperCam. L’instrument est opéré en alternance depuis le LANL et le centre des opérations scientifiques installé au CNES à Toulouse, le FOCSE (French Operations Center for Science and Exploration).
Découvrez le portrait d'Anthéa COMELLINI doctorante à l'ISAE-SUPAERO
Recherche 3:47 min

Découvrez le portrait d’Anthéa COMELLINI doctorante à l’ISAE-SUPAERO

3:47 min
Recherche

17 avril 2021

Découvrez le portrait d’Anthéa COMELLINI doctorante à l’ISAE-SUPAERO

Anthéa a mené sa thèse au sein du Département Ingénierie des Systèmes Complexes (DISC). Son intitulé est : « Rendez-vous autonomes basés vision avec cibles non coopératives ». Anthéa est rattachée à l’école doctorale AA - Aéronautique Astronautique.
Sa thèse réalisée en collaboration avec Thales Alenia Space fait partie du dispositif CIFRE*
L’ISAE-SUPAERO accueille ses doctorants au sein de six équipes à l’ISAE-SUPAERO, ONERA et à l’institut Clément Ader, couvrant un large spectre de disciplines scientifiques liées au domaine aéronautique et espace : aérodynamique et propulsion, structures et matériaux, systèmes embarqués, réseaux et télécommunications, contrôle et conduite des systèmes, facteurs humains, électronique, signal.
L’ISAE-SUPAERO offre un programme riche et diversifié de formation doctorale, conduisant au doctorat, diplôme de plus haut niveau délivré par l’institut, et reconnu au niveau international.
*Depuis 1981, le dispositif CIFRE - Conventions Industrielles de Formation par la REcherche - permet à l’entreprise de bénéficier d’une aide financière pour recruter un jeune doctorant dont les travaux de recherche, encadrés par un laboratoire public de recherche, conduiront à la soutenance d’une thèse en trois ans. Les CIFRE sont intégralement financées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui en a confié la mise en œuvre à l’ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie).
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises Développement Durable Innovation DEOS Alumni Doctorat DCAS Ingénieur DMSM Mastère Spécialisé DISC LACS Apprentissage Evénement DAEP