No javascript!

Des essais prometteurs pour le projet de planeur électrique autonome EUROGLIDER

Mis en ligne le

Pour favoriser l’activité du vol à voile et améliorer le fonctionnement de la formation au pilotage, l’Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile (AEDEVV), Dassault Aviation et les écoles d’ingénieurs du Groupe ISAE ont initié en 2014 un partenariat original. L’objectif opérationnel : développer un planeur biplace de formation à propulsion électrique. Les travaux de ce projet disruptif ouvrent de nouvelles perspectives. L’ EUROGLIDER prend de la hauteur !

Répondre aux besoins de formation au vol à voile

Activité écologique par nature, le « Vol à Voile » nécessite des conditions aérologiques favorables pour prendre la hauteur nécessaire aux vols de d’entraînement et de formation. En raison d’une attente parfois longue, près de 2/3 des nouveaux inscrits dans les centres de formation des aéroclubs abandonnent avant leur premier vol de lâché en « solo ». Par ailleurs, l’utilisation d’un avion remorqueur classique utile pour le décollage du planeur impacte de 60 à 70% les coûts de cette phase.

Au regard de ces constats, l’Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile (AEDEVV) souhaite avec le projet de l’EUROGLIDER apporter une réponse concrète aux contraintes liées à la formation en planeur et à la réduction de son empreinte environnementale. Un positionnement que soutient le GIFAS notamment en faveur du développement de l’énergie électrique.

Grâce à sa propulsion électrique, le planeur EUROGLIDER pourra enchaîner plusieurs vols de formation de plus de 40 minutes de manière autonome et sans attendre des conditions favorables. Il permettra donc aux organismes de formation de multiplier par 2 à 3 fois leur nombre de vols d’école sur une année tout en réduisant la période d’apprentissage des futurs vélivoles.

Une dynamique de transition énergétique et des défis technologiques

Le concept d’utilisation de ce futur planeur de formation repose sur sa capacité d’effectuer de façon autonome des vols complets d’instruction sans l’obligation d’attendre la présence de conditions aérologiques favorables et d’opter pour une solution technique respectueuse de l’environnement.

A ce sujet, un point très positif concerne les nuisances sonores liées aux décollages avec des avions remorqueurs classiques, l’envol autonome électrique et silencieux de l’Euroglider entraîne la réduction de 100% des bruits. Par ailleurs, l’impact énergétique global est double : l’utilisation de la source d’énergie électrique décarbonée et la réduction de 50 % de masse totale en altitude par rapport à l’attelage actuellement utilisé, constitué de l’avion remorqueur et du planeur biplace classique, avant son évolution en vol libre augure d’un ratio énergétique significatif.

Innover pour surmonter les défis de construction et de conception

Le modèle de collaboration de ce partenariat permet de réunir les talents des trois acteurs que sont un industriel, des écoles d’ingénieurs et l’association d’utilisateurs. Ensemble, dans ce contexte multi-acteurs d’un projet complexe, plusieurs défis se présentent à eux.

Un défi énergétique pour rendre possible à bord d’un aéronef de plus de 600 kg l’enchaînement de leçons de vol de 40 à 50 minutes avec des séries de montées au-dessus de 1300 mètres sans ascendances, au moyen d’une densité d’énergie embarquée optimisée.

Un défi de construction d’une aérostructure performante pour la maîtrise des masses et de la charge alaire tout en allégeant la masse de la cellule par rapport aux planeurs de formation classiques équivalents non motorisés. La maîtrise des couts étant également un facteur à maîtriser.

Et bien évidemment, le défi de la conception globale pour une utilisation opérationnelle simple et fiable, reproduisant toutes les caractéristiques et les qualités de vol ainsi que l’ergonomie des planeurs de formation.

Des choix technologiques aux expérimentations récentes en vol

Les résultats permettent de valider la pertinence du concept, les choix de configurations techniques de l’Euroglider et d’envisager la phase de développement industriel. Ingénierie de développement et consortium industriel constituent les étapes des deux prochaines années.

euroglider_2021
Architecture inédite : configuration bimoteur électrique, en arrière des ailes permettant d’obtenir les réserves de puissance nécessaires au décollage.
euroglider_2021
2019-2021 : Le démonstrateur Banc d’Essai Expérimental en Vol. Un planeur biplace de type Marianne intégrant les adaptations nécessaires.

Nos actualités Recherche

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés OK
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises Développement Durable Innovation DEOS Alumni Doctorat DCAS Ingénieur DMSM Mastère Spécialisé DISC LACS Apprentissage Evénement DAEP