facebook

Le certificat Ingénierie Environnementale de l’ISAE-SUPAERO, une réponse pour former les futurs ingénieurs aux enjeux du développement durable

Mis en ligne le

Dans un contexte où l’environnement est au cœur des préoccupations de tous, l’ISAE-SUPAERO met en place des solutions pour former et faire évoluer le rôle des ingénieurs de demain en faveur de la transition écologique & énergétique.

certificat environnement

Mené dans le cadre des actions de la Chaire CEDAR (Airbus), le certificat Ingénierie Environnementale s’adresse aux élèves de troisième année de la Formation Ingénieur de l’ISAE-SUPAERO et des écoles du Groupe ISAE. Il est dispensé par des intervenants de profils divers issus de l’industrie, de centres de recherche, d’écoles ou auto-entrepreneurs.

Aujourd’hui, on sait que les industries et les ingénieurs en particulier ont un rôle primordial à jouer dans la transition énergétique et environnementale.

Interview d’un intervenant, Nicolas TANTOT (Safran Aircraft Engines), et d’une étudiante, Coline JACOBS, qui ont participé au certificat Ingénierie Environnementale cette année.

Nicolas tantot safran
Nicolas TANTOT (Safran Aircraft Engines) intervenant du certificat Ingénierie Environnemental de l’ISAE-SUPAERO
  • Nicolas Tantot, pouvez-vous vous présenter ?
    N.T. Je suis diplômé de l’ISAE-SUPAERO (promotion 2002) et j’exerce depuis 18 ans au sein de Safran Aircraft Engines, où j’ai le rôle d’expert principal en avant-projets moteurs au sein du bureau d’études. Plus spécifiquement, je suis en charge de la coordination et l’orientation des activités d’avant-projet de concepts amont, ce terme désignant l’identification et l’évaluation des options de motorisation envisageables pour des horizons d’entrée en service long terme, c’est à dire au-delà de 2030. Cette activité regroupe la coordination d’activités internes à Safran ainsi que la gestion et le développement des interactions avec nos partenaires externes dans un contexte de coopération européenne et académique, dans lequel s’inscrivent notamment les activités de recherche aéropropulsive de l’ISAE-SUPAERO, et plus particulièrement la chaire de recherche AEGIS soutenue par Safran.
  • Pouvez-vous nous décrire votre rôle dans le cadre de la mise en place du certificat Ingénierie Environnementale ?
    N.T. J’interviens depuis le montage de la première édition du certificat en 2015, avec comme objectif d’apporter un éclairage sur le contexte environnemental lié à la propulsion aéronautique, ainsi que des clés de compréhension permettant aux étudiants d’appréhender les principes énergétiques et thermodynamiques régissant la conception des moteurs, les ordres de grandeur des quantités physiques mises en jeu, et de mettre en œuvre ces tendances au travers de simulations de dimensionnement moteur.

Cette approche est complétée par un inventaire des actions de R&T entreprises et un panorama des options alternatives possibles, de leur état de maturité et des verrous restant à lever. Au fil des éditions du certificat, cette intervention a évolué de manière à s’adapter au profil plus large des étudiants des écoles du groupe ISAE assistant au certificat, ainsi que naturellement à l’évolution du contexte environnemental dans lequel évolue le secteur aéronautique, en profonde mutation ces dernières années.

  • Vous êtes intervenu sur la thématique "systèmes propulsifs du futur", pouvez-vous nous expliquer en quelques mots de quoi il s’agit ? Et comment les étudiants pourront s’approprier ces connaissances pour les appliquer au monde du travail futur ?
    N.T. Cette thématique vise à apporter un éclairage sur la physique de la propulsion aéronautique, afin d’en comprendre les difficultés et verrous, puis à balayer le panorama des options possibles : cette approche englobe ainsi les sources d’énergies alternatives au kérosène fossile, les leviers permettant d’améliorer l’efficacité de la transformation énergétique au sein des moteurs, ainsi que l’optimisation de l’intégration physique et énergétique des moteurs au sein de la cellule avion. Elle s’accompagne d’une vision des états de l’art actuels, des projets et coopérations en cours notamment dans le contexte européen.

Cette approche a pour but de doter les étudiants d’une vision globale sur les défis technologiques et physiques liés à la propulsion, ainsi que des éléments permettant le développement d’un regard critique quant aux nombreuses annonces de rupture technologique dans un contexte de défi environnemental croissant. Elle est également l’opportunité de leur donner de la visibilité sur la nature et la progression des efforts de recherche entrepris de longue date par l’effort collectif des industriels et des acteurs académiques du secteur, notamment via le soutien de la commission européenne.

  • Pourquoi avez-vous souhaité vous impliquer auprès de nos étudiants ?
    N.T. Intervenant de longue date en tant qu’enseignant vacataire dans le cursus de formation ingénieur ISAE-SUPAERO, c’est tout naturellement que ce certificat est apparu comme une opportunité d’élargir le spectre d’intervention vers le domaine de l’impact environnemental de la propulsion. Ces interventions pédagogiques renforcent également le partenariat entre Safran et l’Institut et permettent une meilleure connaissance mutuelle des profils étudiants et de la nature des activités réalisées en industrie.

Coline Jacobs certif
Coline Jacobs, étudiante 2e année du cycle Ingénieur ISAE-SUPAERO
  • Coline Jacobs, pouvez-vous vous présenter ?
    C.J. Je m’appelle Coline Jacobs, je suis étudiante en double diplôme en 3e année du cycle ingénieur à l‘ISAE-SUPAERO. Originaire de Belgique (Université libre de Bruxelles), j’ai intégré l’Institut lors de ma deuxième année de formation. J’ai choisi la filière « dynamique des fluides », domaine « conception des aéronefs ».
  • Pourquoi avez-vous choisi de suivre le certificat Ingénierie Environnementale de l’ISAE-SUPAERO ? Qu’est-ce que celui-ci vous a-t-il apporté ?
    C.J. Avec le confinement, mon stage a été décalé et j’avais donc tout le temps pour m’inscrire à ce certificat. Les thématiques m’intéressaient beaucoup et j’ai décidé de suivre l’ensemble des cours, jusqu’à la présentation de notre projet qui marque la fin du certificat et l’aboutissement de notre travail. Ce certificat aborde les problématiques environnementales de manière très globale, il aborde de nombreux angles, comme le technique, le social ou encore la chimie. Cela permet une approche moins technique que ce que l’on nous enseigne en cours.

Tous les ingénieurs de demain doivent être sensibilisés au sujet du développement durable. Ce certificat nous a permis de nous rendre compte de tout ce qui était mis en place aujourd’hui dans les industries mais cela n’est pas suffisant pour parvenir à la neutralité carbone. Les avancées technologiques existent et permettent bien de réduire les émissions de CO2 mais par encore assez pour respecter les engagements faits par le secteur aéronautique. Il nous faut donc agir et opérer des changements d’habitudes plus globaux et qui concernent toutes les populations.
D’un point de vue professionnel, ce certificat m’a donné envie de travailler sur les améliorations du moteur, thématique qui reste en adéquation avec ma spécialité.

  • Quelles sont les sujets abordés qui vous ont marqués ?
    C.J. Parmi l’ensemble des participants à ce certificat, nous sommes nombreux à avoir retenu la simulation qui consistait à voir de quelle manière nous pouvions réduire notre consommation de CO2 pour la faire passer à 2 tonnes par an et par habitant. Un exercice vraiment délicat, où nous étions à la place du gouvernement qui bénéficie d’un budget pour déployer des actions en faveur du développement durable. Nous avons pris conscience de l’importance de faire certains choix plutôt que d’autres. L’importance également de sensibiliser tout le monde et ce dès le plus jeune âge. Un exercice très parlant et très concret.
  • Pouvez-vous nous parler du projet sur lequel vous avez travaillé "Améliorations & ruptures moteur" ? Qu’en avez-vous tiré ?
    C.J. Notre projet consistait à comprendre comment rendre un avion plus propre en essayant d’hybrider sa propulsion. Nous étions un groupe de 5 personnes où chacun devait réfléchir à une thématique. J’ai surtout travaillé sur la brique technologique pour comprendre quels types de sources d’énergie pourraient remplacer le kérosène ou comment déployer de nouvelles technologies qui pourraient être convertis en électricité. J’ai retenu une chose très importante : le fait d’électrifier déplace les émissions de CO2 car même si l’avion ou la voiture électrique n’en émettent pas directement, l’origine de cette électricité (parc éolien ou centrale charbon par exemple) a toujours un impact significatif sur le CO2 produit. D’où l’importance d’encourager les sources d’énergie décarbonnées comme le renouvelable ou le nucléaire pour générer de l’électricité.

Certificat Ingénierie Environnemental Edition 2020

3 modules :
• Etat des lieux et diagnostic environnemental : Comprendre les enjeux, mesurer & poser correctement le problème
• Vers une aéronautique plus vertueuse : Inventorier des solutions dans le secteur aéronautique & prospective
• Transport, économie et environnement : Repenser la mobilité (solutions techniques, organisationnelles…)

Grand oral 2020 :
La présentation des différents projets par les étudiants devant le jury s’est tenu les jeudi 28 et vendredi 29 mai 2020. Des oraux qui se sont tenus par visioconférence compte tenu du contexte sanitaire.
42 candidats répartis en 9 groupes :
• Compensation Carbone (afforestation & stockage sol) ; Rodolphe Meyer, indépendant
• Compensation Carbone (techniques de capture) ; Rodolphe Meyer, indépendant
• Carburants alternatifs ; Ludivine Pidol, IFPEN
• Améliorations & ruptures moteur ; Nicolas Tantot, Safran
• Pertinence des vols longs courriers ; Emmanuel Bénard, Supaero
• Biomimétisme ; Vincent Chapin, Supaero
• Opération (electric Taxi) ; Frédéric Crancée, Consultant
• Hydrogène solution pour décarboner l’aéronautique ; Florian Simatos, Supaero
• Gouvernance internationale ; Valentina Chamrai, Vinci Airport

Nos actualités Formations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés OK
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.
Choisir un flux RSS
Tout le flux RSS
Flux RSS par thème
Campus Formations Institut International Ouverture sociale Recherche Entreprises
# Linkedin Ads